Andre VLTCHEK Le Grand Soir
lun., 28 avr. 2014 12:00 CDT
Andre Vltchek en compagnie du grand linguiste américain Noam Chomsky. D. R.
Algérie patriotique : Vous avez récemment envoyé une lettre ouverte à votre ami le président Nicolas Maduro, rendue publique dans la presse, où vous mentionnez la nécessité de prendre les armes si nécessaire pour combattre le plan occidental qui vise à recoloniser le monde. Croyez-vous en la nécessité d'une résistance globale à l'impérialisme et au néo-colonialisme qui intensifient leur agression ? 

 André Vltchek : L'impérialisme ne disparaît jamais volontairement et il ne laisse jamais en paix. Tout au long de ces siècles, les gens ont dû lutter pour leur liberté et pour une véritable indépendance. Ils ont dû se battre. La même chose se passe maintenant envers les pays qui ne veulent pas se soumettre à la terreur et au contrôle du monde occidental, des pays debout et fiers, défendant leur patrie au péril de leur existence : le Venezuela et Cuba, l'Equateur et la Bolivie, la Chine et la Russie, l'Iran et l'Erythrée, le Zimbabwe et beaucoup d'autres, sur tous les continents. 

En tant qu'intervenant dont l'expérience est internationalement reconnue et qui est invité dans les plus prestigieuses universités du monde, pensez-vous que l'Occident est destiné à continuer sa politique d'incendier la planète ? Le fait-il, comme il l'affirme par exemple en Ukraine et au Venezuela, pour propager les valeurs de la démocratie et des droits de l'Homme ou seulement pour ses propres intérêts économiques ? 

Je n'ai absolument aucun doute que l'Occident est prêt, comme vous dites, à « incendier la planète » et à la réduire en cendres, si celle-ci résiste à ses plans de contrôle total et même si elle ne résiste pas. Le grand psychanalyste suisse Carl Gustav Young utilisait les termes « maladie » et « pathologie » pour décrire la culture occidentale. Elle a infligé des souffrances indicibles aux peuples du monde sur tous les continents.   

Les formes d'oppression varient, mais les résultats sont les mêmes : la peur, l'oppression, l'humiliation et un quasi-esclavage.

Le christianisme a toujours été à l'avant-garde de la propagation de la terreur. En son nom, des centaines de millions, voire des milliards d'hommes, de femmes et d'enfants ont disparu, ont été violés et réduits en esclavage. Aucune autre religion ou idéologie que le christianisme n'a apporté de telles souffrances à la population de notre planète. Et si vous examinez de plus près, la terreur chrétienne - ses mécanismes de propagation de l'ignorance, le nihilisme, le pessimisme et la peur consécutive - est toujours mise en œuvre par les centres de pouvoir occidentaux, à travers la manière dont tant les USA que l'Union européenne gouvernent le monde.

Les dogmes chrétiens ont causé de terribles dommages au monde : de l'obscurité de l'Inquisition catholique et du calvinisme protestant, où les prêtres et les prédicateurs sexuellement frustrés violaient et torturaient à mort toutes les femmes innocentes qu'ils désiraient, en les diabolisant pour les posséder (et les assassiner brutalement après, pour laver leur propre culpabilité... cette culpabilité chrétienne constante !), des Croisades menées pour piller et asservir le monde, jusqu'à aujourd'hui, avec cette propagande protestante qui est maintenant largement diffusée dans presque tous les médias de masse qui rayonnent dans et par l'Occident. 

Dans votre livre coécrit avec Noam Chomsky, Sur le terrorisme occidental, vous décrivez une situation catastrophique. Pensez-vous que le terrorisme soit vital pour l'Occident ? 

 Oui, bien sûr qu'il l'est. Et il l'est depuis bien des siècles. C'est justement parce que l'Ouest a été si brutal et si militairement puissant qu'il a réussi à envahir et asservir presque toutes les parties de la planète pour ensuite écrire sa propre interprétation de l'histoire du monde, une histoire totalement tordue et qui présente la culture occidentale et le système politico-économique comme « démocratiques », « libres » et « humanistes ».