Qu'on les appelle «Jésuites», ou Maîtres du monde, ou Mafia khazar de Rothschild, ils sont tous du pareil au même. Et les régimes leur importent peu.

mercredi 23 octobre 2013

La Symphonie Rouge (2è partie): La «guerre contre le terrorisme» est une ruse des banquiers centraux

Les francs-maçons «doivent mourir aux mains de la révolution qui a été menée grâce à leur coopération», selon C.G. Rakovski, un des fondateurs de l’Internationale Communiste.
«Le vrai secret de la maçonnerie est le suicide de la franc-maçonnerie en tant qu’organisation, et le suicide physique de chaque important maçon.»
Cette révélation provient d’un interrogatoire de la police stalinienne en 1938 intitulé «The Red Symphony». (Transcription de Des Griffin dans Fourth Reich of the Rich, p. 254)
«Il est clair que je sais cela non pas comme franc-maçon, mais comme un de ceux qui appartiennent à «eux» [les Illuminati] déclare Rakovski, un collègue de Léon Trotski arrêté pour complot contre Staline.

LES PROTOCOLES DE SION ET LA SYMPHONIE ROUGE

La franc-maçonnerie est la plus grande société secrète du monde avec plus de cinq millions de membres, dont trois millions aux États-Unis. Elle joue un rôle dans la conspiration totalitaire. Dans Les Protocoles des Sages de Sion, l’auteur (qui je crois est Lionel Rothschild) écrit :
«La maçonnerie des gentils sert aveuglément d’écran entre nous et nos objectifs, mais le plan d’action de notre force, même sa place exacte, reste pour tout le peuple un mystère inconnu… Qui et quoi pourrait bien se trouver en position de renverser une force invisible?» (Protocole 4)
Encore une fois, il écrit : «nous allons créer et multiplier librement les loges maçonniques… absorber en elles tous ceux qui peuvent devenir importants ou qui occupent déjà une place importante dans l’activité publique, car dans ces loges nous trouverons notre principal bureau de renseignement et les moyens d’influence… Les complots politiques les plus secrets seront connus de nous et tomberont sous nos mains… Nous connaissons le but final… alors que les goyim n’ont connaissance de rien… » (Protocole 15)
Dans son interrogatoire, Rakovski dit que des millions affluent dans la franc-maçonnerie pour obtenir un avantage. «Les dirigeants de toutes les nations alliées étaient francs-maçons, à quelques exceptions près.»
Toutefois, le véritable objectif est «de créer toutes les conditions requises pour le triomphe de la révolution Communiste, ce qui est le but évident de la franc-maçonnerie, il est clair que tout cela est fait sous des prétextes divers ; mais ils se cachent toujours derrière leur slogan bien connu [Liberté, Égalité, Fraternité]. Vous comprenez?» (254)
Les maçons devraient se rappeler la leçon de la Révolution Française. Bien qu’«ils aient joué un rôle révolutionnaire colossal ; la plupart des maçons furent éliminés… » Comme la révolution exige l’extermination de la bourgeoisie en tant que classe, [pour que toutes les richesses soient détenues par les Illuminati sous le couvert de l’État], il s’ensuit que les francs-maçons doivent être liquidés. Le vrai sens du Communisme est la tyrannie des Illuminati.
Lorsque ce secret sera révélé, Rakovski imagine «l’expression de bêtise sur le visage de certains francs-maçons quand ils se rendront compte qu’ils doivent mourir aux mains des révolutionnaires. Comment ils hurleront et voudront que l’on fasse grand cas de leurs services rendus à la révolution! C’est un spectacle à la vision duquel on peut mourir… mais de rire!» (254)
Rakovski se réfère à la Franc-maçonnerie comme une supercherie : «une maison de fous mais en liberté.» (254)
En Russie, en 1929, tous les maçons qui n’étaient pas juifs furent tués avec leur famille, selon Alexey Jefimow "Quels sont les souverains de la Russie?" (77)
Comme les maçons, les autres candidats de l’utopie humaniste de leur maître (les néocons, les libéraux, les Sionistes, les activistes gays et féministes) pourraient être l’objet d’une mauvaise surprise. Ils pourraient être mis de côté une fois qu’ils ont atteint leur objectif.

dimanche 20 octobre 2013

Hitler était un Illuminati sous l'emprise des 72 démons de la goétie¹


Le ministre des Affaires Étrangères de la République de Weimar, Walther Rathenau tomba sous les coups de feu de pangermaniste le 24 juin 1922. Ces assassins appartenaient à une société secrète appelée la « Sainte Vehme ». C’est du moins ce que concluait l’enquête.
Pendant sa courte agonie, Walter Rathenau prononça cette phrase énigmatique
‘ Les soixante-douze qui mènent le monde ’’
La phrase resta inachevée. C’est sa compagne Irma Staub qui auparavant avait été espionne durant la première guerre mondiale, qui rapporta les derniers propos de Rathenau. Ce dernier était aussi le dirigeant d’une importante société : la Société Générale d’Électricité mais il était aussi Juif, de plus il avait pris la direction d’un petit groupe de sages. Ce groupe tentait de trouver des solutions aux graves problèmes économiques et sociaux que connaissait l’Europe à cette époque. Il fit aussi un discours le 4 mars 1919 à Washington où il parla ouvertement des fameux 72. On en trouve également la trace dans un de ses livres« Écoute Israël ». Il est probable que W. Rathenau avait découvert ce qui se tramait dans les coulisses du monde et certainement qu’il avait dû rencontrer un ou plusieurs de ces 72. Sans doute avait-il refusé de servir la cause de ces derniers et du même coup signa son arrêt de mort, il ne sera pas le seul.
Un autre exemple atteste le passage des 72 mystérieux Inconnus le 17 juillet 1918. Dans la maison Ipatieff à Iekaterinbourg, lors du massacre de la famille impériale, on retrouva une icône déposée sur le corps de la tsarine. Cette icône représentait saint Séraphin de Sarov, sur l’auréole on n’y avait gravé à l’aide d’une pointe les mots suivants : ‘‘ S.I.M.P. The green Dragon. You were absolutly right. ’’
(Le Dragon Vert. Vous aviez pleinement raison)
La deuxième inscription était composée de seulement deux mots : ‘‘To late’’ (trop tard !)
Le sigle S.I.M.P., signifie : Supérieur Inconnu Maître Philippe tandis, que les 6 points en cercle représente le sceau de Salomon et correspond à la signature du Martinisme.
Maître Philippe de son vrai nom Nizier-Anthelme Philippe[10], est une bien étrange personnalité. Il tenta de faire fortune à Lyon mais, c’est grâce à ses pouvoirs psychiques très étonnants qu’il sera remarqué par un certain Papus (le docteur Encausse) et qu’il deviendra le conseiller intime de la famille impériale.
Il est probable que ce Maître Philippe avait compris qui était les Supérieurs Inconnus, peut-être en était-il même proche. Toujours est-il, qu’il fût remplacé par le fameux Raspoutine qui lui, recevait d’innombrables télégrammes chiffrés en provenance de Suède et qui étaient tous signés « Le Vert ».
On sait aujourd’hui que c’est en Suède que se trouvait le centre occulte de l’Ordre du Dragon Vert et que ce centre est directement relié aux fameux 72. On sait par ailleurs, qu’un de ces membres était le Baron Otto von Bautenas, bras droit du président du Conseil Waldemaras, le chef du mouvement fasciste des « Loups d’Acier ».
Le meurtre de Sarajevo, le massacre de la famille impériale, l’assassinat de Walter Rathenau, l’effondrement et le sabotage de l’économie européenne, la propulsion au pouvoir de Hitler par des conspirateurs ne sont pas du tout le fruit du hasard. Il faut savoir que dans le même temps, les révolutionnaires russes et plus tard les nazis trouvaient des appuis financiers à Londres, à Stockholm et à Paris. 

Certains de ces financiers voyaient même au-delà du simple profit comme ce magnat du charbon de la Ruhr, Emil Kirdorf qui finança le parti nazi. C’est lui également qui finança les agitations de la Ruhr en 1923, c’est encore lui qui, travailla tout au long de la guerre et encore après, avec O. Aschberg et la Nya Bank de Stockholm qui étaient entre autre les financiers de la révolution bolchevique. Un autre industriel extrêmement riche, Kurt Luedecke payait beaucoup de membre de la Thulé.
On voit de plus en plus clairement comment les faits sont reliés entre eux et comment est constituée la hiérarchie à cette époque.



mercredi 2 octobre 2013

Une race de lézards habitaient un complexe très ancien de réseaux et de tunnels sous Los Angeles





Une légende hopi raconte qu'un complexe très ancien de réseaux et de tunnels existe sous Los Angeles et, dit-elle, une race de lézards l'occupait il y a 5 000 ans. En 1933, G. Warren Shufelt, un ingénieur minier de Los Angeles, a revendiqué la découverte du réseau. On dit qu'aujourd'hui, des rituels francs-maçonniques malveillants sont entretenus dans ce complexe de tunnels. »  

« En 1909, G.E. Kincaid a découvert près du Grand Canyon, en Arizona, une cité souterraine construite avec la même précision que la grande pyramide. Elle était assez vaste pour accommoder 50 000 personnes et, selon le chef de l'expédition, le professeur S.A. Jordan, les corps momifiés découverts sur le site étaient d'origine orientale ou possiblement égyptienne. 



De nombreux artefacts ont été trouvés, y compris des instruments en cuivre aussi dur que de l'acier. L'Institut Smithsonian de Washington D.C., s'est assurée que ces trouvailles demeurent inconnues du public (c'est son travail !) et personne ne l'aurait su n'eut été de deux articles publiés dans un journal local, The Arizona Gazette, en avril 1909.  http://www.keelynet.com/unclass/canyon.txt) »


« Le chercheur et auteur, John Rhodes prétend avoir localisé ce site et il le relie à Sipapuni, le monde souterrain d'où les indiens Hopis disent être originaires. Selon leurs légendes, les Hopi auraient vécu à l'intérieur de la terre et auraient été nourris et vêtus par un “peuple de fourmis”, probablement les extraterrestres connus comme étant “les Gris”. 

Les Hopis font référence à leurs ancêtres comme à leurs “frères serpents” et le plus sacré de leurs rituels souterrains est la danse du serpent. Comme je continuerai à le préciser, ce ne sont pas tous les reptiliens qui ont des intentions malveillantes et je ne souhaite pas diaboliser la souche reptilienne. »