Qu'on les appelle «Jésuites», ou Maîtres du monde, ou Mafia khazar de Rothschild, ils sont tous du pareil au même. Et les régimes leur importent peu.

mardi 17 décembre 2013

Six vidéos pour comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre Hillard



Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel


Ainsi, par un acte notarié appelé la « triple donation », du 21 juin 1429 à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Jeanne demanda solennellement au dauphin de lui remettre son royaume.

Après avoir hésité, le dauphin accepta, ce qui fit dire à Jeanne qu’il était « le plus pauvre chevalier de France ». Puis, elle ajouta ces phrases hors normes qui résument toute la science politique française :

Jehanne donne le royaume à Jésus-Christ.
Jésus-Christ rend le royaume à Charles.

Ce texte, véritables « Tables de la Loi » de l’Israël du Nouveau Testament, a été perdu. En revanche, l’authentification de cet événement extraordinaire relatant ces propos se trouve dans un document rédigé, au cours de l’été 1429,  à l’intention du pape Martin V. Ce document d’une immense portée spirituelle et politique, appelé « Breviarium historiale », est disponible aux archives de la Bibliothèque vaticane. 




Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel



Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel



Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel



Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel



Comprendre le nouvel ordre mondial avec Pierre... par metatvofficiel

jeudi 5 décembre 2013

L'incroyable pacte entre sionistes et nazis dans l'entre-deux-guerres

« Chaïm Arlosoroff, directeur du département politique de l'Agence juive et proche collaborateur de Ben Gourion, a effectué un voyage en Allemagne au mois de juin 1933. Ami d'enfance de la femme de Goebbels, Chaïm Arlosoroff a probablement joué de ses relations pour préparer le terrain de la négociation. À peine rentré en Palestine, plusieurs semaines avant que l'accord ne soit signé, il fut accusé par un journal de s'être "roulé aux pieds d'Hitler" et assassiné, le même jour, sur une plage de Tel-Aviv. »  
  Tom Segev, historien israélien, in Le Septième Million. Les Israéliens et le Génocide  
Dans l'avant propos de son livre Le Pacte germano-sioniste, Jean-Claude Valla écrit :

« Dans aucun manuel d'histoire vous ne trouverez mention d'un pacte germano-sioniste. Seuls quelques livres spécialisés, pour la plupart anglo-saxons ou israéliens, évoquent la réunion du 7 août 1933 au ministère allemand de l'Économie, au cours de laquelle des représentants de l'Agence juive et de l'Organisation sioniste mondiale ont signé avec de hauts fonctionnaires du Reich ce que l'on a appelé pudiquement l'accord de la haavara (du mot hébreu haavara qui signifie : transfert). »   
De quoi s'agissait-il ?

« (...) d'organiser le transfert vers la Palestine de capitaux que les Juifs allemands, candidats à l'émigration, souhaitaient emporter avec eux. Cet accord technique, nous le verrons, ne fut que le premier acte d'une étroite collaboration et joua un rôle décisif dans le développement économique de cette région sous-développée qu'était la Palestine. » 
Cette collaboration inimaginable pour beaucoup de nos contemporains est pourtant confirmée par l'historien israélien Eliahu Ben Elissar :

« Personne ne connaît et sans doute ne pourra jamais déterminer avec précision ni la date où fut prise la décision fatale d'exterminer physiquement les Juifs ni les circonstances réelles dans lesquelles elle intervint. Tout cependant tend à prouver que bien après son accession au pouvoir, le Führer poursuivait encore une politique qui ne devait pas obligatoirement déboucher sur une issue de cette nature. »
Et Jean-Claude Valla d'indiquer :

« La gêne des historiens à évoquer librement cette affaire tient au fait que la Shoah occupe aujourd'hui une place considérable dans les esprits et que cette hypertrophie de la Mémoire déforme complètement la vision que l'on peut avoir des événements qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale. Si la Shoah est "indicible" comme certains le prétendent, il devient presque impensable de dire que des sionistes ont collaboré avec le IIIe Reich. »  
C'est ce que l'auteur démontre pourtant dans son livre Le Pacte germano-sioniste (7 août 1933) (éditions Dualpha, Collection « Les Cahiers Libres d'Histoire ») dont le titre est un clin d'œil au pacte germano-soviétique du 23 août 1939 :

« Dans un cas comme dans l'autre, nous avons affaire à des ennemis jurés qui jugent plus profitable de s'entendre, peut-être parce que, au-delà d'une convergence momentanée d'intérêts, ils présentent plus de caractéristiques communes qu'on ne le croit. Entre le national-socialisme et le sionisme, les similitudes abondent également, d'autant plus frappantes qu'elles prennent souvent la forme d'une convergence idéologique. Mais la comparaison entre les deux pactes s'arrête là. Ils n'ont pas eu les mêmes conséquences pour la bonne raison que les sionistes de Palestine, peu nombreux et encore sous tutelle britannique, n'avaient pas dans le monde le même poids ni la même influence que les communistes russes. En signant un pacte de non-agression avec Staline, Hitler a réussi à neutraliser momentanément l'Internationale communiste, voire même à la faire travailler à son profit, notamment en France par le sabotage de l'effort de guerre, tandis que son accord de collaboration avec les sionistes, qui ne représentaient alors qu'eux-mêmes, n'a en rien désarmé l'hostilité de la communauté juive internationale à l'égard du IIIe Reich. »  
Jean-Claude Valla, (1944-2010) a été le premier directeur de la rédaction du Figaro Magazine et l'auteur de nombreux livres d'histoire. De même, il fut le directeur de Magazine Hebdo (1983-1985) avant de diriger La Lettre de Magazine Hebdo. Ancien collaborateur d'Historia, d'Historama, du Miroir de l'histoire et d'Enquête sur l'histoire, il collaborait depuis 2002 à la Nouvelle Revue d'histoire de Dominique Venner. Il fut président d'honneur du Comité français des fils et filles de victimes des bombardements de la Seconde Guerre mondiale (2001-2005). 


Ses Cahiers libres d'histoire ont, dès leur parution, rencontré un énorme succès qui ne se dément pas et sont sans cesse réédités. 



Commander l'ouvrage francephi.com

Source: Sott.net

dimanche 24 novembre 2013

Les channels : le véritable pouvoir du Tashi Lama - le pape noir de l'ordre tibétain.





Les channels - les «canaux» en français - sont des médiums qui transmettent des messages de l'au-delà. Le public est supposé croire que ces informations émanent d'êtres spirituels prestigieux, mais la vérité est toute autre. En réalité, il s'agit d'une opération de conditionnement et de propagande qui est sous le contrôle d'entités qui se sont fait connaître en tant que «Maîtres de la Grande Loge Blanche» au 19ème siècle. Par l'intermédiaire d'un initié appelé «le Tibétain», cette Loge a annoncé son intention d'instaurer «le nouvel ordre mondial du nouvel âge». Derrière sa façade d'ouverture, le nouvel âge est une entreprise d'essence totalitaire contrôlée par les illuminati des hauts grades.

C'est à partir de centres secrets du Tibet que cette confrérie occulte a oeuvré au cours des siècles, utilisant le Lamaïsme tibétain comme couverture. Le Dalaï lama est placé à l'avant scène pour dissimuler le véritable pouvoir du Tashi Lama - le pape noir de l'ordre tibétain. Ces occultistes disposent de pouvoirs télépathiques permettant d'influencer le monde par la technique de «focalisation sur un point».   

C'est ainsi qu'ils ont répandu nombre d'idées que nous croyons modernes par l'emploi des rites répétitifs du lamaïsme qui servent d'amplificateur et de caisse de résonance. Ils projettent leurs pensées dans l'atmosphère à partir des hauteurs du Tibet et les martèlent par des rythmes magiques jusqu'à ce qu'elles se fixent dans nos consciences. Un pacte relie la Loge orientale à l'ordre des Jésuites, mais on ne sait lequel contrôle l'autre.   

En se manifestant sous le nom flatteur de Grande Loge Blanche, ces initiés ont influencé des médiums pour répandre la propagande du nouvel âge. Cette opération de subversion spirituelle veut fondre toutes les religions dans la «nouvelle religion mondiale» annoncée par la médium Alice Bailey, disciple du Maître Tibétain. Le new age prépare la religion unique du nouvel ordre mondial par la confusion des principes et l'inversion de la révélation originelle en un culte rendu au monde et à l'homme. C'est le satanisme spirituellement correct. Le new age est entièrement luciférien.   

L'enseignement jésuitique du Tibétain alimente les messages des channels et les théories des gourous du new age. Le discours démagogique s'organise autour de l'idéal de «sauver la planète» et de «s'unir dans l'amour». Mais le but réel de cette surenchère de «bonne volonté mondiale» échappe au public qui ne peut comprendre que des paroles de sagesse puissent avoir un sens politique.   

L'opération nouvel âge rencontre un succès dans tous les milieux car elle répond à l'espérance d'un âge d'or succédant à l'âge noir actuel. Or, rien de tel n'est annoncé dans les annales cosmiques. Selon la chronologie hindoue, l'âge noir - qu'on appelle le Kali Yuga – a commencé 3000 ans avant le Christ, et il doit durer encore 600 000 ans. Malgré l'imposture, les propagandistes du new age ne renonceront pas à leur illusion car ces marchands de rêves ont fait de l'âge d'or leur fond de commerce.   

Le but final de cette stratégie est de réaliser la plus grande imposture de tous les temps : livrer le gouvernement mondial à un sauveur providentiel, en jouant habilement sur l'attente messianique enracinée dans les traditions religieuses. Curieusement, ce plan est connu de longue date en Occident, puisqu'il a été prophétisé dans le Livre de l'Apocalypse.   

Depuis un siècle, la propagande de la Grande Loge Blanche a parfaitement fonctionné. Grâce aux réseaux financiers et politiques sous le contrôle des cercles d'illuminati, les circuits culturels et scientifiques sont préparés.

dimanche 17 novembre 2013

STONEHENGE: Le site actuel est un "faux"









Tout le monde connait le mythique site mégalithique de Stonehenge (dont le nom signifie « les pierres suspendues »), situé à quelques kilomètres au nord de Salisbury en Angleterre, mais ce que tout le monde ne sait pas, c’est que le site actuel ne ressemble pas à ce qu’il était avant 1900. Âgé de plus de 4000 ans, ce site historique a été totalement restauré depuis les années 1901 à 1964, et ceci en toute discrétion, puisque ces travaux n’apparaissent nul part dans les manuels !


Représentation de Stonehenge au 17ème siècle



Photo de Stonehenge après la 1ère guerre mondiale
Comme le dit si bien Hélios : « Tous ceux qui s’escriment aujourd’hui à vouloir décoder le rôle ésotérique de ce monument selon son apparence actuelle peuvent aller se rhabiller »

Comment ils ont reconstruit Stonehenge
« Pendant des dizaines d’années les guides officiels de Stonehenge regorgeaient de faits et d’illustrations fascinants et de théories entourant le monument préhistorique le plus important du monde. Ce que les belles brochures ne mentionnent pas, cependant, c’est la reconstruction systématique du cercle de pierre âgé de 4000 ans tout au long du 20ème siècle. On est resté très évasif concernant sa restauration et une majorité de gens qui prévoient de visiter le monument n’imaginent pas qu’on leur cache l’histoire réelle. »
Travaux de 1901
Chaque année un million de visiteurs sont impressionnés quand le monument les fait remonter dans le temps à un autre âge et émerveillés par la technologie primitive et la force musculaire qui a servi à transporter les énormes monolithes et à les ériger sur la plaine de Salisbury. Ils en suffoquent quand on leur parle de ce site étrangement spirituel… Le premier ordinateur de l’humanité, ses pierres levées et ses linteaux précis, se dressant magiquement et mystérieusement avec leurs cieux au-dessus et leurs solstices solaires.




Mais aujourd’hui, comme pour prévenir une grande controverse archéologique – et à la suite de l’intérêt manifesté par le chercheur historique Brian Edwards et un journal local, les brochures vont être réécrites, et incluront les « années oubliées ».
Les années où des équipes de terrassiers s’installaient à bord des plus immenses grues de l’empire britannique pour remettre les pierres à la verticale, redresser les trilithons (ensemble de 3 pierres, deux verticales et la 3ème horizontale au-dessus, NdT) penchés, remettre en place des linteaux tombés qui siégeaient autrefois au sommet des énormes pierres en sarsen (type de grès trouvé abondamment en Grande-Bretagne, NdT).
Comme le dit M. Edward – l’enfant terrible de l’archéologie britannique, suite aux révélations que les environs d’Avebury ont été reconstruits dans les années 20 et 30 par Alexandre Keiller, roi de la marmelade (usine dont il avait hérité, NdT) :
« Ce que nous voyons est un paysage du 20ème siècle, qui est une réminiscence de ce à quoi POUVAIT ressembler Stonehenge il y a des milliers d’années. Le site a été créé par l’industrie du patrimoine et N’EST PAS une création des peuples préhistoriques. Ce que nous voyons a moins de 50 ans ».


Dans le domaine archéologique, la réécriture du guide est de la dynamite. English Heritage gère Stonehenge au nom de la nation et un membre de cet organisme a révélé :
« Des forces obscures étaient à l'oeuvre dans les années 70, quand on a pris la décision de ne pas tenir compte des informations concernant les restaurations. Cela va changer maintenant. »

Restauration et reconstruction
La première restauration de Stonehenge fut lancée il y a plus de 100 ans. Et en 1901, pendant que les maçons partaient travailler, la rubrique du courrier des lecteurs du Times était pleine de lettres bucoliques de réclamation. Mais la première étape de « restauration » était néanmoins en route et le gourou de l’époque, John Ruskin, fit tomber une sentence qui devait lui survivre…
« La restauration est un mensonge », tempêta-t-il. La rénovation de Stonehenge montait malgré tout en puissance et d’autres travaux furent entrepris en 1919, 1920, 1958, 1959 et 1964. Christopher Chippindale, conservateur du musée d’archéologie et d’anthropologie de l’université de Cambridge et auteur de Stonehenge accompli, avoue :
 « Presque toutes les pierres ont été déplacées d’une manière ou d’une autre et reposent sur du béton ».
Une pierre a été redressée et bétonnée en 1901, six autres en 1919 et 1920, trois de plus en 1959 et quatre en 1964. Il y a eu aussi l’excavation de la pierre Altar et le Trilithon a été ré-érigé en 1958. Le guide « Stonehenge et les monuments voisins » et l’audioguide du site omettent de mentionner toutes les reconstructions faites au 20ème siècle. Il n’y a qu’à la page 18 que figure une discrète référence… « Un certain nombre de pierres penchées et tombées ont été redressées et ré-érigées ». Mais même le guide officiel ne contient aucun indice sur une restauration à grande échelle, en estimant qu’elle ne méritait aucune insertion.


Pourquoi le tableau de John Constable de 1835 sur Stonehenge aux pages 18 et 19 semble tellement différent de la photo impeccable d’aujourd’hui à la page 29 ? LA RAISON : de nombreux travaux de restauration ont été réalisés entre les deux photos. Et pendant les longs étés chauds il serait possible – si on peut s’approcher des pierres – de voir en grattant le gazon se révéler les socles de béton sur lesquels la majorité des pierres sont aujourd’hui posées. Indice révélateur mortel, mais il est difficile aujourd’hui de le repérer car les abords de Stonehenge sont interdits.
On se demande comment un événement aussi énorme que la résurrection d’un monument terrestre tel que Stonehenge soit passée inaperçue. Il est rare aujourd’hui de tomber sur une quelconque mention de la reconstruction du monument historique. Les gens aiment avoir des indications claires qui sont suivies, comme celles d’un casino en ligne où il n’y a aucune place pour des malentendus. Si la reconstruction de Stonehenge devenait claire pour le public, cela ne ferait qu’ajouter à sa valeur historique.

 

Les photos montrent clairement la progression de la reconstruction. Certaines ont été découvertes par M. Chippendale et ont servi pour une édition révisée de son livre. Beaucoup ont été perdues. D’autres ont été trouvées par M. Edwards qui a exhumé des guides datant de l’époque où Stonehenge n’avait pas honte de son passé et il a exposé des photos et des récits de la restauration.
« La nouvelle est sensationnelle », a dit Edwards, membre de l’université de West England. « Une fois compris la somme de travail réalisé, j’ai été étonné de découvrir que presque personne d’extérieur n’était au courant des reconstructions de ces 100 dernières années. J’ai toujours pensé que si des gens prenaient la peine de visiter Stonehenge, d’ici ou de l’étranger, alors le moins qu’ils puissent espérer est une histoire véridique ».

http://archivesmillenairesmondiales.wordpress.com/2013/11/11/stonehenge-le-site-actuel-est-un-faux/

Source: Rusty CanalBlog

vendredi 15 novembre 2013

La Première guerre mondiale déclenchée par les jésuites pour détruire l'Église orthodoxe



Parmi les causes profondes qui déterminèrent le Vatican à faire éclater la première guerre mondiale, en excitant l'empereur d'Autriche François-Joseph à « châtier les Serbes », on a vu que la principale fut de porter un coup décisif à l'Eglise orthodoxe, cette rivale séculairement détestée. À travers la petite nation serbe, c'était la Russie qu'on visait, la traditionnelle protectrice des orthodoxes balkaniques et orientaux.
Ainsi que l'écrit M. Pierre Dominique
« Pour Rome, l'affaire prenait une importance presque religieuse ; un succès de la monarchie apostolique sur le tsarisme pouvait être considéré comme« une victoire de Rome sur le schisme d'Orient. » (135) Dès lors, on se souciait fort peu, à la Curie romaine, qu'une telle victoire ne pût être acquise qu'au prix d'un holocauste gigantesque. On en acceptait alertement le risque, ou, pour mieux dire, la certitude, étant donné l'inévitable jeu des alliances. Poussé par son Secrétaire d'État, le Jésuite Merry del Val, Pie X s'en cachait si peu, pour son compte, que le chargé d'affaires de Bavière pouvait écrire à son gouvernement, à la veille du conflit : « Il (le pape) n'a pas grande estime des armées de la Russie et de la France en cas de guerre contre l'Allemagne ». (136)
Cet affreux calcul se révéla faux à l'usage. La première guerre mondiale, qui ravagea le nord de la France et fit quelques millions de morts, loin de combler les ambitions de Rome, aboutit au démembrement de l'Autriche-Hongrie, privant ainsi le Vatican de son principal fief en Europe et libérant les Slaves, incorporés à la double monarchie, du joug apostolique de Vienne.
La révolution russe, par surcroît, soustrayait à l'influence du Saint-Siège les catholiques romains, pour la plupart d'origine polonaise, qui vivent dans l'ancien empire des tsars.
L'échec était complet. Mais l'Eglise romaine « patiens quia aeterna » allait reprendre sur nouveaux frais sa politique du « Drang nach Osten », la poussée vers l'Orient, qui s'allia toujours si bien avec les ambitions pangermanistes.
De là, comme nous l'avons rappelé, la promotion des dictateurs et la deuxième guerre mondiale, avec son cortège d'horreurs, dont le « nettoyage » du Wartheland, en Pologne, et la « catholicisation forcée » de la Croatie ont fourni des exemples particulièrement atroces.
Mais qu'importaient les 25 millions de victimes des camps de concentration, les 32 millions de soldats tués sur les champs de bataille, les 29 millions de blessés et de mutilés, chiffres retentis par l'O.N.U. (137) et qui constituent le bilan de l'immense carnage ! Cette fois, la Curie romaine se crut bien parvenue à ses fins. On pouvait lire alors dans le « Basler Nachrichten », de Bâle :
« Une des questions que pose l'action allemande en Russie et qui intéresse au plus haut degré le Vatican, c'est celle de l'évangélisation de la Russie. » (138)
Et encore, dans un ouvrage consacré à la glorification de Pie XII :
« Le Vatican conclut avec Berlin un accord autorisant les missionnaires catholiques du Russicum à se rendre dans les territoires occupés, et mettant les territoires baltes dans la compétence de la nonciature de Berlin. » (139)
La « catholicisation » allait donc enfin se donner libre cours en Russie sous l'égide de la Wehrmacht et des SS, comme elle se poursuivait en Croatie grâce aux bandes de Paveliteh, mais sur une échelle infiniment plus vaste. C'était bien le triomphe pour Rome !
Aussi, qu'elle déconvenue quand l'avance hitlérienne se fut brisée devant Moscou et quand von Paulus et son armée se trouvèrent encerclés dans Stalingrad ! C'était alors Noël, le Noël de 1942, et il faut relire le Message - ou, pour mieux dire, le vibrant appel aux armes - que le Saint-Père adressait aux nations « chrétiennes » :
« L'heure n'est pas aux lamentations, mais aux actes. Saisis de l'enthousiasme des croisades, que les meilleurs de la chrétienté s'unissent au cri de : Dieu le veut ! prêts à servir et à se sacrifier comme les croisés d'autrefois... »
« Nous vous exhortons et conjurons de comprendre intimement la gravité terrible des circonstances présentes... Quant à vous, volontaires qui participez à cette sainte croisade des temps nouveaux, levez l'étendard, déclarez la guerre aux ténèbres d'un monde séparé de Dieu. » (140)
Ah, il ne s'agissait guère de « Pax Christi », en ce jour de la Nativité !
Comment reconnaître, dans cette apostrophe guerrière, la « stricte neutralité » que le Vatican se flatte d'observer en matière internationale ? Apostrophe d'autant plus choquante que les Russes étaient bel et bien les alliés de l'Angleterre, de l'Amérique et de la France Libre. Comment ne pas sourire, quand les thuriféraires de Pie XII contestent véhémentement que la guerre d'Hitler fût une vraie « croisade », alors que le mot lui-même figure dans le Message du Saint-Père ?  
Les « volontaires » que le pape appelait à se lever en masse, c'étaient ceux de la Division Azul, ceux de la L.V.F., dont le cardinal Baudrillart, à Paris, s'instituait le recruteur.  « La guerre d'Hitler est une noble entreprise polir « la défense de la culture européenne », s'écriait-il, le 30 juillet 1941. Remarquons qu'en revanche la défense de cette culture n'intéresse plus du tout le Vatican, lorsqu'il travaille à soulever contre la France les peuples africains. On entend alors Pie XII préciser : « L'Eglise catholique ne s'identifie aucunement avec la culture occidentale » (141et141 bis).
 Mais on n'en finirait pas de relever les impostures, les grossières contradictions chez ceux qui accusent Satan d'être « le père du mensonge ». La défaite essuyée en Russie par les hitlériens, « ces nobles défenseurs de la culture européenne », entraînait, du même coup, celle des Jésuites convertisseurs. Devant pareil désastre on peut se demander ce que faisait alors sainte Thérèse. Pie XI l'avait cependant proclamée « patronne de la malheureuse Russie », et le chanoine Coubé la représentait se dressant « souriante mais terrible comme une armée rangée en bataille, contre le colosse bolcheviste. » (142)
La pauvre sacrifiée du Carmel de Lisieux - que l'Eglise met, si nous osons dire, à toutes les sauces - avait-elle succombé à la nouvelle et gigantesque tâche que lui assignait le Saint-Père ? Ce ne serait pas surprenant. Mais, à défaut de la petite sainte, il y avait la Reine des Cieux en personne, laquelle s'était engagée sous conditions, dès 1917, à ramener la Moscovie schismatique au bercail de l'Eglise romaine. Lisons à ce sujet « La Croix »
« On peut justement rappeler ici que la Vierge de Fatima avait elle-même promis cette conversion des Russes, si tous les chrétiens pratiquaient sincèrement et avec joie tous les commandements de la loi évangélique. » (143)

mercredi 13 novembre 2013

Le secret kabbalistique de Mozart caché dans sa musique


Le comte Franz Von Walsegg, un franc-maçon, envoya un messager anonyme, vêtu de noir à Mozart pour composer une messe des morts "Le Requiem", pour le faire passer pour sa propre oeuvre moyennant une grosse rétribution.
Mozart, ayant des soucis financiers accepta. Selon ses confidences, quand Mozart composait, il avait de plus en plus conscience qu'il écrivait pour sa propre mort. Il mourut en effet avant d'avoir achevé le Reqiuem et ce fut son élève qui compléta l'oeuvre afin de permettre à sa veuve de toucher l'argent.
Le parrain en franc-maçonnerie de Mozart fut Ignaz Von Born, un ancien Jésuite, formé ensuite en minéralogie.
Il faisait partie de la secte des "Illuminés de Bavière", une société secrète fondée par un certain Adam Weishaupt, un juif converti au catholicisme, devenu jésuite et professeur de droit canon chez les Jésuites.
Les Illuminés de Bavière se réclamaient du siècle dit des "Lumières", c'est-à- dire des sciences et du rationalisme de Voltaire, Diderot, d'Alembert, des Encyclopédistes et autres savants.
Ils refusaient de reconnaître toute illumination divine.

dimanche 10 novembre 2013

Externalisation de la hiérarchie et Nouvel Ordre Mondial

Alice Baily déclara, dans son livre Externalisation de la hiérarchie, que le monde doit être unifié dans ses régions avant d’être unifié en une seule entité. Staline répéta ce concept peu avant sa mort, en 1953. La Seconde Guerre Mondiale a certainement fourni l’impulsion nécessaire à ce type de réorganisation. 

Le monde fut réorganisé militairement par le biais de l’OTAN, en Europe ; le Pacte de Varsovie, pour l’Europe de l’Est ; l’OTASE, pour l’Asie. La régionalisation économique a suivi approximativement le même alignement. Des régionalisations périodiques culturelles, économiques et religieuses se sont créées depuis la Deuxième Grande Guerre.
• Le dauphin du Gouvernement unique mondial a été créé en tant que Nations Unies, en 1948. Un effort similaire fut orchestré après la Première Guerre, en la Ligue des Nations, mais fut défait. Une des premières actions des Nations Unies a été de créer la nation d’Israël, accomplissant ainsi les prophéties de Dieu de le restaurer dans sa Terre Promise aux derniers jours.
• Des progrès technologiques stupéfiants ont été acquis sous l’impulsion de la guerre. La bombe atomique a été créée, comme le moteur à turbine, les fusées et la télécommunication moderne. L’écrivain du Nouvel Âge, Allen Neuharth, dans son livre intitulé Près d’un monde unique, déclare que ces inventions ont amené le monde au seuil d’un Gouvernement mondial unique, d’une Économie mondiale, d’une Religion unique, i.e., d’un Nouvel Ordre Mondial.
Ce bref aperçu des effets postérieurs de la Deuxième Guerre Mondiale démontre clairement qu’il a beaucoup été accompli pour mettre en place l’actuel Nouvel Ordre Mondial. Passons maintenant en revue certains des buts qu’ont établis aujourd’hui les Sociétés Secrètes pour amener le Nouvel Ordre Mondial. Gardez bien à l’esprit que les Skull & Bones sont la force motrice et les «  premiers parmi leurs égaux  » au sein de toutes les autres Sociétés Secrètes et toutes les autres organisations accessibles vouées à ce Nouvel Ordre.
• Un Gouvernement Mondial Unique — seule solution aux problèmes de l’homme.
• Une Économie Mondiale Unique.
• Une Religion Mondiale Unique — les mauvaises actions de l’homme sont historiquement imputées à ses divisions en de nombreuses religions différentes. Ainsi donc, beaucoup d’accent est mis sur une réunification de toute l’humanité sous une seule religion. Le Mouvement œcuménique actuel mène la charge vers ce but d’importance capitale. 

Lors d’un séminaire tenu à Boston, en 1991, l’actuel directeur de la Société Théosophique pour la Nouvelle-Angleterre a déclaré que, au moment propice de l’histoire du monde, le pape catholique romain se rendra à Jérusalem pour s’adresser à un congrès religieux mondial. Dans son allocution, il déclarera que toutes les religions du monde sont réunies en une seule. 

Ainsi, le plan d’Alice Baily, énoncé quelque 50 ans auparavant, sera réalisé, i.e. Celui qui est Grand réinstallera l’Ancienne Religion à Mystères en tant que la Religion du Nouvel Ordre Mondial. «  Ces Mystères, une fois restaurés, unifieront toutes les croyances  » [Externalisation de la Hiérarchie, p. 573, écrit en 1946].
Un des plans les plus fondamentaux, après que le Nouvel Ordre Mondial sera établi, est de réduire la population du globe de 6 milliards, qu’elle est présentement, à 2 milliards, en dedans de quelques années [Constance Cumby, Dangers cachés de l’Arc-en-ciel]. Ainsi, on identifia très tôt le contrôle des naissances et l’avortement comme moyens nécessaires pour commencer à réduire la population. 

Notre emphase actuelle sur les prétendus effets dévastateurs de l’homme sur la terre, ainsi que le réchauffement de la planète et la pollution, est destinée à convaincre les gens que seule une action unificatrice drastique de la part des Nations Unies peut sauver ce globe de l’effondrement. Comment une réduction aussi radicale pourra-t-elle se faire en seulement quelques années ? La solution de fond réside dans la guerre.
• Baily, dans son livre Externalisation de la Hiérarchie, en page 548, déclare que la bombe atomique sera retournée au Gouvernement mondial unique et sera utilisée contre toute nation qui refusera de coopérer avec le Nouvel Ordre Mondial.
• Bill Cooper, dans son bouquin Behold A Pale Horse (Voici, un cheval pâle), cite un document de la Société Secrète des Bilderberger, un rejeton des Skull & Bones. «  Puisque la plupart des gens, en général, n’exerceront pas de restriction [économique] (…) [nous devrons] prendre le contrôle du monde par l’utilisation d’armes silencieuses économiques sous la forme d’une guerre tranquille et réduire [les dangereux niveaux de consommation[ du monde à un degré sécuritaire grâce au procédé de l’esclavage et du génocide bénévole " [p. 49]. 

Comment peut-on croire que l’esclavage et le génocide puissent être bénévoles ? C’était pourtant la pensée précise d’Hitler quand il planifiait son Nouvel Ordre Mondial. Il voulait débarrasser le monde de tous les indésirables par une guerre volontaire. Nous avons vu plus haut quel fut l’horrible résultat ; toutefois, cela fait encore pâle figure en comparaison de la mort planifiée de 4 milliards de gens…
À ce moment-ci, vous protesterez peut-être en disant que le trajet vers un Nouvel Ordre Mondial se fera paisiblement. C’est vrai, et lorsqu’il sera pleinement installé, s’accompliront alors les prophéties bibliques qui déclarent :

«  Car lorsqu’ils diront : Paix et sûreté ! alors une ruine subite les surprendra, comme les douleurs surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point  » (1 Thessaloniciens 5:3).
Donc, la paix que vous voyez aujourd’hui fera instantanément place à la guerre totale. Et même plus, ces plans, une fois exécutés, accompliront aussi la prophétie biblique d’Apocalypse 6:4 :(pas une prophétie un plan secret caché dans la bible falsifié serait plus malin ainsi lorsque leur plan se mettra en place les gens diront laissez faire c'est la prophécie nous ne pouvons y échapper tu penses Dieu est meilleur planificateur face à ces suppôts).

«  Et il sortit un autre cheval couleur de feu; et celui qui le montait reçut le pouvoir de bannir la paix de la terre, et de faire que les hommes se tuassent les uns les autres; et on lui donna une grande épée.  »

Ainsi donc, nous constatons que les buts d’un Nouvel Ordre Mondial par les Sociétés Secrètes, dont les Skull & Bones sont les meneurs, lorsqu’ils seront atteints complètement, auront servi à accomplir de nombreuses prophéties bibliques.
Le temps est vraiment très proche…!

Par David Bay

Directeur du Ministère Cutting Edge
Via Rusty  CanalBlog

mardi 5 novembre 2013

Il y a quelque chose de pourri dans la « maison du Seigneur »




Lisa Guliani
Sott.net
mer., 23 oct. 2013 07:53 CDT


Lors d'une messe quotidienne la semaine dernière, le pape François a traité le christianisme idéologique de « maladie » qui ne sert pas Jésus-Christ. Au lieu de ça, il « fait peur » aux gens et ça les écarte de la religion. 

La religion organisée dans l'ensemble semble être une maladie - et un mécanisme de contrôle. 

D'après moi, il a raison de dire que le christianisme ne sert pas Jésus-Christ.  

Bien sûr que non. C'est un mécanisme de contrôle qui existe pour façonner et manipuler la façon de penser de ses adeptes, pour contrôler leur comportement - et de cette manière le christianisme opère d'une façon très similaire aux autres religions organisées dans le monde.  

Des promesses de récompenses (la divine carotte), des menaces de punitions (la divine épée de Damoclès), et pendant ce temps, le pape dicte aux masses des disciples QUOI penser, et n'encourage pas les gens à questionner cette doctrine ou son aptitude à diriger, mais seulement à se questionner eux-mêmes et tous ceux qui n'adhèrent pas à leur système de croyances.  

À genoux, debout, assis, à genoux, debout, assis. Répétez. Ad nauseum.   

Il me semble que si le pape désire un nouveau départ, le premier ordre du jour devrait être de NETTOYER le désordre dans sa propre église. Il y a assez de désordre pour le garder occupé jusqu'à sa mort.   

Autre chose : le christianisme fait que les gens croient, idolâtrent, prient quelqu'un qui - si on fouille plus profondément dans les recherches disponibles - n'a apparemment jamais existé ainsi que proclamé dans la « bible », indépendamment de la « version » que vous lisez. Peut-être que le pape devrait avouer ce qu'il sait de Jules César et de la manière dont son histoire et sa vie ont été transformées en l'incroyable et incrédule légende de ce « Jésus de Nazareth ». 

Si le pape n'est pas au courant de la recherche qui existe sur les parallèles frappants entre Jules César et « Jésus », eh bien j'espère que quelqu'un va l'éclairer. Il est difficile pour moi de croire que le pape ne soit pas au courant du rôle qu'il joue dans la déception religieuse qui existe depuis au moins 1 500 ans. Il est difficile pour moi d'accepter la notion que le pape - ou n'importe lequel des papes précédents - n'ait pas été informé à cet égard de leur rôle dans la perpétuation d'un mythe, et un mythe dangereux en plus.   

Peut-être que les critères utilisés pour sélectionner qui sera pape sont dans la même lignée que ceux utilisés pour sélectionner qui sera président. Peut-être que tout ça revient à savoir quel type ferait la meilleure mascotte pour la Cadillac rouillée ? Quel type servira mieux les intérêts des élites psychopathiques ? Quel type a vendu son âme ? Quel type fera de son mieux pour s'assurer que le statu quo reste en place ?   

Ce doit être un choix difficile, quand on y réfléchit.   

Avec autant de créatures corrompues et sans âmes parmi lesquelles on peut choisir au pays de la Religion, comment fait-on pour identifier avec précision laquelle sera la MEILLEURE mascotte et le MEILLEUR visage public des élites psychopathiques ?   

Pas étonnant que tout le processus de sélection soit effectué en secret.   

Il y a tellement de « péchés » à évaluer, n'est-ce pas. Ça peut prendre des jours, des semaines, voire même des mois pour faire le tri de tous ces péchés. Ça doit être un vrai cauchemar. 

Quand ils ont fini de sélectionner la mascotte sacrée, ils envoient un signal de fumée. Brûle, bébé, brûle. 

Et vous savez quoi ? Le monde EST EN TRAIN de brûler. 

Selon moi, si ce pape veut faire le ménage dans sa propre maison et recommencer à neuf, faire table rase, alors il devrait considérer que ceux qui ont amené le scandale et la honte sur sa maison depuis des années, ceux qui sont encore cachés et protégés dans cette maison aujourd'hui, ont énormément endommagé la société - et ils doivent TOUS être amenés dans l'arène publique et être tenus responsables - sévèrement responsable - et en faisant ce qui doit être fait, ce pape devrait se plier en quatre devant les yeux des masses désillusionnées et blessées et leur offrir la VÉRITÉ - sans les lèvres. 

Ce qui me fait penser à : Pouvez-vous arrêter avec cette histoire d'embrasser et de toucher des enfants quand vous apparaissez en public, votre Sainteté ? Sérieusement, mais à quoi il pense ? 

Des pédophiles sortent de vos maudites églises comme une infestation de sauterelles, des déviants sexuels qui molestent, violent, agressent, et ont causé des dommages incommensurables à des milliers d'enfants pendant de nombreuses décennies - et ils se sentent encore le besoin de sortir et de mettre leurs pattes sur des petits enfants et des bébés et de les embrasser ?? C'est très symbolique et même très troublant. 

J'imagine que ça n'est jamais venu à l'esprit de ces papes, ou de ce pape-ci, que c'est peut-être un MAUVAIS moment pour faire des câlins à des enfants, en considérant tout ce qui a été dévoilé, toutes les fourberies dégoûtantes, répugnantes, obscènes et honteuses qui ont été révélées et exposées sur l'Église catholique - et que PEUT-ÊTRE que ces « bigots » devraient arrêter de présumer que les gens veulent que vous - ou vos prêtres pédophiles - s'approchent de leurs bébés ? Vous ne pouvez pas simplement les bénir à distance ? Est-ce que votre « dieu », « Jésus » n'entend pas ces bénédictions du balcon ? Ou avez-vous besoin de mettre vos lèvres sur un enfant pour que la bénédiction « fonctionne » ? Il me semble que ces photos avec des enfants ressemblent davantage à une séance de photos pour les relations publiques qu'autre chose. 

Un peu comme ce que l'on voit au théâtre politique, sauf que quand c'est le pape qui le fait, on parle de théâtre religieux. 


Et franchement, ces deux arènes semblent s'être mélangées et avoir fusionné à un tel point que ça devient de plus en plus difficile de savoir où l'une commence et l'autre finit. On ferait aussi bien de combiner les deux, parce qu'il s'agit vraiment d'une seule arène : l'arène du psychopathe. Il ne semble pas y avoir de preuve du contraire. 

Alors laissez les enfants tranquilles, votre « très sainte sainteté ». Et concernant ceux qui sont en robes et collets - les « prêtres » - ils devraient également les laisser tranquilles. Vous tous, merde, laissez les enfants tranquilles. Vous avez fait assez de dégâts comme ça. 

Recommencer à neuf, pape, aurait pour conséquence de révéler la vérité au sujet de votre doctrine. Dire au peuple la vérité et ensuite retirer la poutre de l'œil de l'Église-Mère en premier, et après ça, concentrer votre attention sur vos diverses sectes religieuses. La sainte mascotte catholique n'a rien de mieux à faire que de s'inquiéter de ce que font les Mormons ? Vous avez des prêtres violeurs dans votre propre maison, au nom de César. 

Je crois que j'aimerais connaître la position du pape au sujet de la « vérité ». 

C'est-à-dire, aime-t-il la vérité, la respecte-t-il ou non ? 

S'il le fait, jusqu'où va-t-il aller pour corriger les erreurs du passé ? 

Tiendra-t-il le miroir en public pour affronter sa propre maison ? 

Va-t-il parler à sa congrégation globale de Jules César, ou va-t-il continuer à raconter des petits mensonges sur Jésus et sur toutes les bondieuseries que Jésus à faites ? 

Je pense que si le pape veux empêcher le « christianisme idéologique » de faire peur aux gens, s'il veut stopper leur « éloignement », alors il doit faire plus que juste faire la grimace pour les caméras et caresser les joues des enfants. Il faut qu'il commence à donner un fichu sens à sa « doctrine religieuse » et il peut commencer par le faire dans sa propre maison avec honnêteté, intégrité et principe. Il peut commencer sur-le-champ en ce qui me concerne. Ça rendrait service à l'humanité - pas seulement au contingent chrétien, fanatique ou autre - mais à TOUTE l'humanité. 

Ouais, les Mormons sont une autre histoire, c'est certain, mais avant de commencer avec les Mormons, tenez le miroir devant votre propre maison, « Père ». La maladie y demeure aussi. Vous avez des psychopathes chez vous. 

Au lieu d'essayer d'être « comme le Christ », ne devrions-nous pas, à la place, nous efforcer de servir l'humanité d'une manière authentique, significative et non hypocrite, MAINTENANT, aujourd'hui, pendant que nous vivons et respirons ? Le pape (n'importe lequel), comme nous l'avons tous vu, aime pontifier le monde (c'est drôle que pape = pontife, d'où nous vient le mot « pontifier » : « parler de manière pompeuse et dogmatique ») pendant qu'il vit dans un grand luxe, perché sur un trône doré, portant un chapeau paré de bijoux. Pontife, avec autant de personnes pauvres et crevant de faim en ce monde, je crois qu'il serait juste que vous montriez l'exemple pour votre église et pour d'autres églises. Débarrassez-vous de ces bijoux, votre Papauté. 

© Inconnu
- Pardonnez-moi, mon père,
 j’ai envie de caresser des petits garçons.
- Ouf...je croyais que vous alliez 
dire que vous vouliez ordonner des femmes.
Donnez les vastes richesses de l'église à ceux qui sont dans le besoin. Empêchez vos évêques de dépenser des dizaines de millions de dollars pour leurs maisons. Allez-y, faites-le. Laissez le monde voir jusqu'à quel point vous vous en souciez. Sauvez quelques personnes, plusieurs personnes, durant cette vie-même. Ils n'auront pas besoin de nourriture et d'abri ou de loyer au « Paradis », n'est-ce pas ? Les gens ont besoin de ces choses maintenant. Un exemple aussi brillant de compassion, de bonté et de générosité de l'esprit attirerait sûrement plus de gens vers votre religion, non ? 

Et pourquoi ne nous débarrassons-nous pas de toute cette histoire à propos de « Jésus » ? Nous n'avons pas besoin d'essayer d'être comme « Jésus ». Même Jésus n'était pas comme Jésus. J'irais même jusqu'à dire, à ce stade de la réflexion sur cette question, que je crois que Jésus n'était pas du tout Jésus. 


Pontife, pourquoi ne pas révéler les faits sur Jules César, et quel rapport il a avec les histoires sur « Jésus ». Peut-être qu'alors la congrégation tout entière commencerait à comprendre votre « religion » et tous ses « mystères », pour changer. 

Dites-leur comment la gestion de la perception des masses a été en jeu durant toute l'histoire du monde au sein de la sainte maison. Puisque la doctrine chrétienne enseigne l'importance du « pardon », peut-être que la congrégation pardonnera même à l'Église d'avoir menti à sa génération de « croyants » et à toutes celles qui sont venues avant. 

Jusqu'où notre nouveau pontife va-t-il aller pour servir sa congrégation d'une manière réelle, au lieu de prêcher la même merde hypocrite aux masses effrayées, désillusionnées et dégoûtées ? Allons-nous voir un changement de COMPORTEMENT au fil du temps, ou seulement plus de performances publiques vides ? 


Ce pape a-t-il le moindre intérêt sincère en non seulement dans le destin de sa « religion » et de ses disciples, mais en celui de sa propre âme (en prenant pour acquis qu'il en ait une) ? Parce qu'à ce stade du jeu, je ne suis pas vraiment convaincue que ce que nous pouvons voir dans cette « maison », Père, soit une « âme ». Ce que nous voyons - et sentons - pape François, est une maladie vouée à la damnation et la puanteur en est infecte. 

Jusqu'où ce pape va-t-il aller pour dévoiler l'hypocrisie, la contamination et la « maladie » au sein de l'Église catholique ? Au sein du Vatican ? Ce pape prendra-t-il la croix ? 

Je vous le demande, que pensez-vous que César ferait ?

« C'est vers la Croix que le Chrétien est mis au défi de suivre son Maître : nul chemin de rédemption ne peut l'éviter. »



Hans Urs von Balthasar, Unless You Become Like This Child [Paru en français sous le titre : Si vous ne devenez comme cet enfant, édition Desclée De Brouwer, 1991 - NdT]